ceci


ceci

ceci [ səsi ] pron. dém.
• fin XIIe; de 2. ce et 1. ci
Désigne la chose la plus proche (opposé à cela); ce qui va suivre ou simplement une chose opposée à une autre. Retenez bien ceci. Ceci dit. Ceci mis à part. À ceci près que... « Ceci tuera cela » (Hugo) :ce qui est nouveau fera disparaître ce qui est ancien. Fam. Ceci, cela : tantôt une chose, tantôt une autre.

ceci pronom démonstratif (de ce 1 et ci, adverbe) Désigne les choses en les montrant (fonction déictique) : Ceci est un échantillon de notre production. Par opposition à cela, désigne un objet voisin, un fait actuel, la chose dont on parle ou dont on va parler (fonction anaphorique) : Notez bien ceci : le témoin n'a pas vu lui-même l'accusé.ceci (difficultés) pronom démonstratif (de ce 1 et ci, adverbe) Emploi Ceci / cela. 1. Ceci renvoie à ce qui suit (dans le discours) ou à ce qui est le plus rapproché (dans l'environnement de qui parle et de qui écoute) : écoutez bien ceci : votre salaire est doublé ; c'est une voiture, ceci. Cela renvoie à ce qui précède ou à ce qui est le plus éloigné : votre salaire est doublé, cela va peut-être vous surprendre ; regardez cela : étoile ou planète ? 2. Cela dit doit être employé pour renvoyer aux paroles qui viennent d'être prononcées. Recommandation Éviter ceci dit qui, en dépit de sa fréquence dans l'expression orale relâchée, reste déconseillé. 3. Ceci... cela... est fréquemment employé pour opposer deux propos qui précèdent, ceci reprenant le premier et cela le second : elle a été licenciée, mais la société concurrente l'a immédiatement engagée : ceci compense cela. 4. Cela, en dehors des oppositions mentionnées ci-dessus, est employé dans l'expression orale soignée de préférence à ceci. Dans l'expression orale courante ou relâchée, cela est de plus en plus souvent remplacé par ça. Construction 1. Cela, ce sont des mensonges ; ceci, ce sont des affaires personnelles. Ces formules d'insistance fréquemment employées sont correctes. Recommandation Éviter cela sont des mensonges ; ceci sont des affaires personnelles. Remarque Les phrases neutres, sans expression d'insistance, seraient : ce sont des mensonges ; ce sont des affaires personnelles.

ceci
Pron. dém. neutre. La chose la plus proche. Ceci est à moi, cela est à vous.
Ce qui va suivre (par oppos. à cela). Retenez bien ceci.

⇒CECI, pron. dém. neutre.
A.— [En corrélation et en oppos. avec cela, cf. la même oppos. entre celui-ci/celui-là, ici/là, -ci/-là, voici/ voilà]
1. [Désigne ce qui est plus proche du locuteur qui parle ou dont on rapporte les paroles]
a) [Dans l'espace environnant] :
1. ... étendant avec un soupir sa main droite vers le livre imprimé qui était ouvert sur sa table et sa main gauche vers Notre-Dame, et promenant un triste regard du livre à l'église :
— Hélas! dit-il, ceci tuera cela.
HUGO, Notre-Dame de Paris, 1832, p. 206.
b) [Dans l'espace d'un texte ou dans le temps d'une énonciation orale] :
2. Puisque ma mère, en me plongeant dans le Styx, a eu l'imprudence de laisser émerger mon talon... Il était si simple de me plonger dans les deux sens... comme ceci, d'abord... et puis comme ça, après!
MEILHAC, HALÉVY, La Belle-Hélène, 1865, II, 5, p. 225.
3. Notre génération, et les deux précédentes n'ont guère entendu parler que de conflit entre foi et science. Au point qu'il a pu sembler un moment que ceci était décidément appelé à remplacer cela.
TEILHARD DE CHARDIN, Le Phénomène hum., 1955, p. 316.
[Notamment pour distinguer deux choses et éventuellement valoriser la première] Ce garçon qui possédait des livres rares, qui distinguait avec assurance : « Ceci est beau... Cela ne l'est pas » (LACRETELLE, Silbermann, 1922, p. 37).
2. Fam. [Valeur d'indéterminé] Telle et/ou telle chose, telle qualité, telle autre non précisée ou non précisable :
4. TURELURE. — Est-ce ma faute si je suis pair de France, et comte, et maréchal, et grand officier de je ne sais quoi, et président de ça et ministre de ceci, et le diable sait quoi!
CLAUDEL, Le Pain dur, 1918, I, 3, p. 428.
B.— [Sans oppos. à cela]
1. [Désigne une chose, un obj. proche du locuteur, souvent avec accompagnement du geste et valeur insistante]
a) [Dans l'espace] Un objet présent, par exemple que l'on tient en main, que l'on tend à quelqu'un. Regardez, lisez ceci; permettez-moi de vous offrir ceci; ceci est à moi :
5. — Tenez, ma sœur, lui dit-elle en lui mettant dans la main une pièce d'or qui était cachée sous son oreiller, vous mettrez ceci dans le tronc des pauvres malades. — C'est toute ma fortune. Adieu!
MURGER, Scènes de la vie de jeunesse, 1851, p. 111.
Spéc. [À la messe, paroles du Christ que le prêtre prononce à la Consécration sur le pain et le vin qu'il montre à l'assistance] Ceci est mon corps livré pour vous. Ceci est le calice de mon sang (Évangile, Matthieu XXVI, 26-28) :
6. Posément, distinctement, nous prononçâmes ensemble les paroles de la Consécration : Hoc est enim corpus meum, « car ceci est mon corps ». Devant le corps de Jésus-Christ nous fîmes une génuflexion profonde.
BILLY, Introïbo, 1939, p. 151.
Comme ceci. Comme ce que vous voyez (cf. supra ex. 2). Je me le rappelle quand il était haut comme ceci (HUGO, Les Misérables, t. 2, 1862, p. 574).
b) [Dans le temps] Ce dont il est actuellement question entre le locuteur et ses interlocuteurs, ce qu'ils sont en train de dire, de faire. Ceci est une autre question. La môme, pendant tout ceci, est près du buffet, très entourée (FEYDEAU, La Dame de chez Maxim's, 1914, II, 2, p. 34) :
7. Pourtant je ne regrette pas cette guerre. Non. Je crois que de ceci il sortira de grandes choses...
VERCORS, Le Silence de la mer, 1942, p. 38.
[Avec valeur plus ou moins péj.] :
8. « Est-ce qu'on ne pourrait pas enlever ceci? » (...). Il désignait par « ceci » trois roses fanées dont un maître d'hôtel bien intentionné avait cru devoir décorer la table.
PROUST, Sodome et Gomorrhe, 1922, pp. 1006-1007.
Rem. Dans ces emplois la lang. fam. remplace de plus en plus ceci par cela, plus expressif. Ceci marque dès lors une recherche d'élégance dans la lang. soutenue, où il peut prendre une valeur laud. (ex. 7).
2. [Dans la conversation, dans le récit, annonce avec valeur gén. insistante des précisions qui vont suivre]
a) [Des paroles qui vont être prononcées par le locuteur]
[Avec une ponctuation forte, très souvent un double point annonçant l'explication qui suit] Écoutez bien, retenez bien ceci; j'ai noté pour vous ceci, figurez-vous ceci :
9. — C'est assez, c'est bien, je me tais. J'ajouterai simplement ceci : je ne suis après tout, dans votre maison, qu'un serviteur comme un autre.
BERNANOS, La Joie, 1929, p. 548.
[Souvent en incise] Ceci entre nous, et ceci est très important.
b) [Des précisions détaillées énoncées en appos.]
[Appos. inf.] Forcé de courir la poste faute de temps, vous en arrivez à ceci, de mettre « Victor-Grégoire » en place de « Grégoire-Victor », ce qui n'est plus la même chose (COURTELINE, Messieurs-les-Ronds-de-cuir, 1893, 5e tabl., 1, p. 171).
[Appos. propositionnelle] On me reconnaît à ceci que je suis vêtu de velours comme un charpentier et que j'ai l'air d'une brute (BLOY, Journal, 1906, p. 292).
[Appos. adj., suivie d'appos. propositionnelle] Les opinions religieuses ont ceci de particulier, qu'elles donnent un pouvoir illimité à ceux qui les annoncent (DESTUTT DE TRACY, Commentaire sur l'Esprit des lois de Montesquieu, 1807, p. 389).
Rem. Lorsque les précisions ne sont pas données, ceci indique qu'on laisse volontairement la chose à désigner dans le vague : Je suis M. un tel, âgé de tant, riche de ceci, né à ... (DURANTY, Le Malheur d'Henriette Gérard, 1860, p. 57).
3. [Synon. de cela, pour renvoyer à ce qui précède, p. ex. à des paroles qui viennent d'être prononcées (cf. supra B 1 b)] Tu réfléchiras à tout ceci; tout ceci pour dire que; ceci (soit dit) entre nous :
10. ... je vis cette fois la porte de la ferme ouverte, le feu allumé dans la grande cuisine et j'entendis le bruit habituel des voix et des pas à l'heure de la soupe. Ceci me rassura sans me renseigner.
ALAIN-FOURNIER, Le Grand Meaulnes, 1913, p. 297.
[En partic. en prop. postposée, ou en incise, ou en constr. part. abs.] Ceci fait, on mit le feu au bois, dont la chaleur se communiqua aux schistes (VERNE, L'Île mystérieuse, 1874, p. 156); Martin, je te félicite de ton exactitude. Ceci dit, passe-moi la valise (ROMAINS, Les Copains, 1913, p. 176) :
11. ... les Allemands comme les Français avaient considéré comme irréalisable l'idée de fabriquer en quelques années une bombe atomique et y avaient renoncé, et ceci non pas par des scrupules moraux, comme on a depuis parfois cherché à le faire croire.
GOLDSCHMIDT, L'Aventure atomique, 1962, p. 49.
SYNT. Ceci dit (plus fréq. que cela dit), ceci étant dit, ceci soit dit en passant; ceci fait, ceci posé, ceci retenu, ceci mis à part.
[Avec valeur fréquemment péj., notamment si ceci est précédé de tout] :
12. — Tout ceci est un roman, un roman. Je ne veux pas discuter avec vous, mes enfants.
DRIEU LA ROCHELLE, Rêveuse bourgeoisie, 1939, p. 287.
Rem. Quand ceci a un attribut au plur., le verbe être se met soit au sing., soit au plur. : Tout ceci n'est que des conjectures (RESTIF DE LA BRETONNE, M. Nicolas, 1796, p. 80); Tout ceci sont des mensonges (JARRY, Ubu Roi, 1895, V, 1, p. 85).
C.— Emploi subst.
1. Péj. Une ceci, une cela. Une femme dont on dit des choses diverses, généralement peu élogieuses :
13. — Je sais bien, elle est une ceci, une cela. Mais elle peut savoir du nouveau sur Robert. Pauline ajoutait qu'il n'y avait certainement pas plaisir à fréquenter cette créature : une fantasque, ou maussade ou cajoleuse; elle se disputait avec ses servantes, tenait des conversations déplacées, se permettait des excentricités à l'occasion.
POURRAT, Gaspard des Montagnes, La Tour du Levant, 1931, p. 74.
En partic. Une ceci. Une femme de mauvaise vie. — Albert, Albert, je t'en supplie, ne fais pas de bruit dans la maison; on me renverrait; je passerais pour une ceci! (BOREL, Champavert, Passereau, l'écolier, 1833, p. 167).
2. PHILOS., seulement au sing. [Chez Sartre] Le ceci. L'être que je ne suis pas présentement, en tant qu'il paraît sur le fond de la totalité de l'être, c'est le ceci (SARTRE, L'Être et le Néant, 1943, p. 231) :
14. Comment une science spécialisée dans le savoir du ceci-ou-cela et qui prétend connaître cet objet sans limites ni réalité serait-elle une science normale? (...). Le je-ne-sais-quoi est pour l'intellectualisme un sujet inépuisable d'inquiétude et de perplexité : ...
JANKÉLÉVITCH, Le Je-ne-sais-quoi et le presque-rien, 1957, p. 58.
Prononc. et Orth. :[s()si]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. a) XIIIe s. ceci renvoie à ce qui a été dit (CORTEBARBE, Les Trois aveugles de Compiègne, éd. Gougenheim, 282, Paris, 1932), exprimé par cela dans la lang. mod.; b) 1532 cecy désigne ce qui va suivre (RABELAIS, Pantagruel, éd. L. Saulnier, X, 26); 2. a) XVe s. empl. avec cela pour désigner deux choses plus ou moins déterminées, fam. (COQUILLART, Poésies, II, 56, éd. Ch. d'Héricault); b) 1740 ceci désigne une chose différente de celle désignée par cela (Ac.); c) 1740 spéc. p. oppos. à cela, ceci désigne l'objet le plus proche (Ac., s.v. cela). Composé de ce, pron. dém. et de ci, adverbe. Fréq. abs. littér. :9 307. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 11 267, b) 14 551; XXe s. : a) 10 319, b) 15 966. Bbg. GEORGIN (R.). Ceci dit. Déf. Lang. fr. 1971, n° 58, p. 11.

ceci [səsi] pron. dém.
ÉTYM. Fin XIIe; de 2. ce, et 1. ci.
1 (Par oppos. à cela, pour désigner la chose la plus proche du locuteur, dans l'espace ou dans le temps). || Ceci est tout près, cela est trop loin.
(Pour distinguer nettement deux choses, souvent en valorisant la première). || Ceci est bien, cela est mal. || Ceci me plaît, mais pas cela. Cela.
Allus. littér. Ceci tuera cela : ce qui est nouveau fera disparaître l'ancien. → ci-dessous, cit. 2.
2 Pour présenter ce qui va suivre (cela se rapportant habituellement à ce qui précède). || Dites ceci à votre père… || Retenez bien ceci… || Vous avez raison à ceci près que…
REM. Dans certaines locutions, ceci est synonyme de cela et renvoie à ce qui précède. Ceci dit. Ceci posé. Ceci mis à part. Ceci soit dit en passant.
3 (Sans opposition à cela, pour indiquer un objet présent, un fait actuel, une chose dont on parle). Cela. || Ceci est à moi. À (cit. 1). || Regarde ceci. || Ceci est une autre question. || Qu'est ceci ?
REM. 1. Dans la langue parlée, ceci, comme cela, est souvent remplacé par ça. 2. Quand ceci a un attribut au plur., le verbe être est soit au sing., soit au plur. Tout ceci n'est ou ne sont que des balivernes.
4 Ceci, cela : tantôt une chose, tantôt une autre. || Qu'on dise ceci ou cela, il n'est jamais d'accord.
1 L'un n'avait en l'esprit nulle délicatesse;
L'autre avait le nez fait de cette façon-là;
C'était ceci, c'était cela (…)
La Fontaine, Fables, VII, 5.
2 L'archidiacre considéra quelque temps en silence le gigantesque édifice, puis étendant avec un soupir sa main droite vers le livre imprimé qui était ouvert sur sa table et sa main gauche vers Notre-Dame, et promenant un triste regard du livre à l'église : — Hélas ! dit-il, ceci tuera cela.
Hugo, Notre-Dame de Paris, V, 1.
3 On croit qu'il se passe ceci et c'est cela. On croit faire ceci, et l'on fait cela. Toute action est déception, toute pensée implique erreur.
R. Queneau, le Chiendent, p. 326.
4 (…) un grand ouf, et puis rappel des mots d'ordre, si ceci alors cela, mais si cela alors ceci, une véritable ambiance de fête (…)
S. Beckett, Premier amour, p. 16.
CONTR. Cela.
DÉR. 2. Ci.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • ceci — ceci …   Dictionnaire des rimes

  • ceci — CECI. Pronom démonstratif, qui se dit pour Cette chose ci. Ceci n est pas un jeu d enfans. Que veut dire ceci? Qu est ce que ceci? Qu est ce que tout ceci? Ceci est à moi, cela est à vous. Ceci est beau, cela est laid. Ceci est soie, cela est… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • ceci — Ceci, n. C est un pronom demonstratif de la premiere personne, Hoc, Hocce, voyez Ce. Ceci mesme, Idem hoc. Je viendray à parler de cecy, Istuc veniam. De cecy vient que, etc. Inde est quod, etc. Si cecy ne se fait, Hoc nisi fit. De cecy, Ex hac… …   Thresor de la langue françoyse

  • ceci — cecí (Cuba) m. *Sesí (pez). * * * ► masculino ZOOLOGÍA Pez osteíctio perciforme, de la familia lutiánidos (Lutianus bucanella) …   Enciclopedia Universal

  • Ceci — Nom italien assez répandu dans le centre du pays, notamment dans le Lazio. On trouve plus rarement la variante Cecci (quelques porteurs en Ombrie). C est le pluriel du mot cece (en toscan cecio ), qui désigne le pois chiche. Le surnom a pu être… …   Noms de famille

  • ceci — (se si), nom général de chose, ou, ce qui revient au même, l adjectif ce (ceci est ce ci) pris substantivement au masculin singulier. 1°   Indique, par opposition à cela, la chose la plus proche de celui qui parle. Ceci est à moi, cela est à vous …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • CECI — Pronom démonstratif qui se dit par opposition à Cela, pour indiquer, de deux choses, La plus proche de celui qui parle. Ceci est à moi, cela est à vous. Ceci est beau, cela est laid. Ceci est soie, cela est laine. Fam. et indéterminément, Ceci,… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • ceci — /chech ee/, n.pl. chickpeas. Also called ceci beans. [ < It, pl. of cece < L cicer; cf. CHICKPEA] * * * …   Universalium

  • Ceci — Recorded as Ceci, Cecere, Ciciari, Ciciura, Cicero, Cicerone, and no doubt other forms, this is an Italian surname. The origin is certain, but the meaning less so. It appears to be one of a major group of what are called botanical surnames, that… …   Surnames reference

  • ceci —    , ou cela.    Le membre viril avec quoi on fait cela aux dames, ou bien la nature de la femme.         Parbleu, dit il, prenez ceci,    Il est d’assez bonne mesure.    GRÉCOURT.        Si vous mettez la main au devant d’une fillette, elle la… …   Dictionnaire Érotique moderne


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.